Musée des Arts décoratifs - Paris - 1981/1982

Musée des arts décoratifs Paris (France)
16 octobre 1981 - 4 janvier 1982
 
Le catalogue de l’exposition
L’exposition est organisée à l’occasion du congrès de l’académie internationale de la céramique qui s’est tenu à Paris en 1981. Le catalogue comporte en introduction trois articles de fond : « Le champ du potier » de Jean-Marie Lhôte, directeur du centre national d’information sur les métiers d’art, « La décentralisation céramique » de François Mathey, conservateur en chef au Musée des arts décoratifs, et « La céramique française contemporaine, sources et courants » par Yvonne Brunhammer conservateur au musée des arts décoratifs et commissaire de l’exposition et Marie-Laure Perrin.
A un moment où l’économie française marque le pas après 30 années de fort développement et doit se trouver un nouveau positionnement au sein de l’Europe et d’un marché mondialisé. « 1981 » est un moment charnière pour la céramique car de nombreux créateurs arrivent sur le marché de l’art après leur cursus au sein de structures très engagées dans la formation de céramistes (Aix en Provence, Arts appliqués, ENSBA de Bourges,.Genéve, Mâcon, Marseille, Métiers d’art à Paris, Ratilly, Sèvres, Strasbourg, etc.).
Jean-Marie Lhôte présente, avec beaucoup de lucidité, la terre du potier comme un lieu maudit pour les sociétés judéo chrétiennes. On peut penser que cette analyse est encore d’actualité dans la société française de 2010 au vu des FIAC successives et à la suite de la tenue en septembre 2010 du congrès de l’Académie internationale de la céramique.
François Mathey souligne que face à l’académisme de Paris, la concurrence des centres décentralisés (François Mitterrand élu président de la république en 1981 vient de lancer un vaste mouvement de décentralisation en France au profit des régions, départements et communes). Ainsi Saint-Amand (Deblander), La Borne (Beyer), Dieulefit (Jouve), Vallauris (Picasso), Biot deviennent des pôles de création.
Yvonne Brunhammer et Marie-Laure Perrin soulignent la tendance d’une nouvelle génération de potiers attirée par une vie provinciale et libre, « une manière d’échapper à l’ordre économique et social imposé par la ville et la civilisation industrielle ». Elles indiquent le rôle de Jeanne et Norbert Pierlot pour faire se rencontrer à Ratilly (Yonne) le théâtre, la musique, la poterie, la peinture et la sculpture. Elles détaillent les pôles d’une part de Saint-Amand/La Borne, terres de grès et d’autre part du sud-est de la France, pays de la terre vernissée. Elles développent la céramique des peintres (Ne faudrait-il pas se pencher aussi sur les pratiques picturales des céramistes ?). Elles soulignent fortement le rôle de Picasso qui apporte une nouvelle vision et donne une réalité à la céramique méditerranéenne. Mais l’ampleur de sa créativité est telle qu’elle ne facilitera pas de nouvelles expressions indépendantes. Jacqueline Lerat se félicite dans son journal de la « liberté » des céramistes à La Borne à la même époque ! L’importance du Japon est mise en valeur. A cette occasion est développé le rôle de la recherche et de « la fascination pour l’émail ». Enfin le champ de la sculpture est exploré. Les sculpteurs se sont de tout temps intéressés à la céramique, les céramistes s’y sont risqués avec prudence. Valentine Schlegel et Georges Jouve sont présentés comme des pionniers dans les années 1950 d’une sculpture céramiste abstraite souvent inspirée par la nature ou la géologie Le texte et les notices font référence à ce mouvement de fond (Patrice Alexandre, Pierre Baey, Anne Barres, Remy Bonhert, Jacques Buscholtz, Bernard Dejonghe, Jean Derval, Marc Emeric, Vassil Ivanoff, Elisabeth Joulia, Jacqueline et Jean Lerat, Monique Maregiano, Yves Mohy, Daniel Pontoreau, Klaus Schultze, Anita Tullio, Camille Virot.). Cette démarche apparait comme un nouvel horizon pour toute une génération de céramistes.
Le catalogue est divisé en deux parties :
-          Les précurseurs : Ils sont illustrés par la célèbre photo où l’on voit Jacqueline Lerat discuter avec Norbert Pierlot, George Jouve, Yves Mohy, Daniel de Montmollin et Mme Derval. Ils sont 33, de Paul Beyer à Séraphin Soubdinine. Parmi ceux-ci on trouve quelques étrangers tels que Shoji Hamada, Bernard Leach, Juan Miro et Llorens Artigas. Picasso est un parmi d’autres. Les céramistes américains tel que Soldner cité dans le texte d’Yvonne Brunhammer ne sont pas présentés alors qu’ils ont inspirés au delà de Jean Biagini, Daphné Corregan, Camille Virot, etc.
-         Les contemporains : Ils sont 114 parmi lesquels sont distingués René Ben Lisa, Jean Biagini, Robert Deblander, Elisabeth Joulia, Daniel de Montmollin, Anita Tullio et Camille Virot. Trente ans après, que sont devenues leur art ?
Jacqueline et Jean Lerat
Ils apparaissent à la fois parmi les précurseurs et les contemporains (comme Robert Deblander, Jean Derval, Elisabeth Joulia, Yves Mohy, Gilbert Portanier). La femme à l’enfant (1957) qui depuis 1960 veille dans le jardin de leur maison illustre les « précurseurs ». Elle est accompagnée d’une gourde (La Borne 1945) d’un oiseau de Jean (1958) et d’une forme avec couvercle (1960). Pour « les contemporains », c’est un vase anthropomorphique de Jean de 1975 qui est choisi pour illustrer le catalogue. Il est accompagné d’un second vase de 1981. Ils font figure de pionniers d’une mise en commun au sein d’un couple d’une activité de création (C’est l’apogée de la signature JJLERAT).
Yvonne Brunhammer écrit : « La génération de l’Occupation se dégage rapidement de la tradition locale qui l’avait attirée à La Borne. Ainsi Jean et Jacqueline Lerat créent leur propre imagerie, d’inspiration religieuse, animale ou anthropomorphe, qu’ils traitent en sculpteurs. Ils utilisent peu d’émaux, mais surtout des engobes qui renforcent l’aspect tectonique des formes pleines réalisées au tour et déformées, ou modelées. »
Cette juste analyse préfigure une meilleure appréciation de l’importance de leurs recherches et de leurs exigences pour placer la céramique au-delà de la peinture et de la sculpture à la mode.
Leur enseignement aux Beaux arts de Bourges est souligné. Un ensemble significatif des étudiants passés par leur atelier sont présentés : Pierre Baey, Dominique Bajard, Anne Barres, Paul Bertrand, Rémy Bonhert, Serge Bottagisio, Agnès Decoux, Jean-Noël Brasier, Béatrice de Germay, Michel Lévêque, Jean-Louis Raymond, Hildegund Schliechenmeier, Gilles Suffren.
Artistes présentés
L’exposition est sous-titrée « Sources et courants ». Des sources dans les textes d’introductions sont clairement identifiées. Bernard Palissy, l’art et l’artisanat populaire français, Jean Carriès et le Japon, Emile Decoeur et Paul Beyer entre autres. On peut penser qu’il aurait été possible d’aller rechercher d’autres sources telle la céramique hispano mauresque pour Picasso, l’école du Bauhaus pour la céramique d’usage, Arp et Moore pour le champ de la sculpture.
Y a-t-il autant de différence entre les précurseurs et les contemporains ? Certes la céramique « kitsch » commence à se manifester mais le « design » qui semble être un élément essentiel de l’expression plastique en 2010 n’est pas encore clairement identifiée. Les courants restent à deviner car l’approche alphabétique du catalogue fait se succéder sans ordre des figures humaines, des sculptures et des pièces d’usage à l’image de l’extrême diversité de la création céramique de cette époque en France.
Parmi les précurseurs le grès domine : Paul Beyer, Jean Carries, Ernest Chaplet, Robert Deblander, Emile Decoeur, Auguste Delaherche, Pierre Fouquet, Shoji Hamada, Vassil Ivanoff, Elisabeth Joulia, Bernard Leach, Jacques Lenoble, Jacqueline et Jean Lerat, Juan Miro, Yves Mohy, Norbert Pierlot, Georges Serré, Séraphin Sobdinine. Ensuite viennent les faïences (Edouard Cazaux, Paul Chaumeil, Francine Del Pierre, Jean Derval, Raoul Dufy, odette Lepeltier, Gilbert Portanier, Suzanne Ramié), les terres cuites (Anne Dangar, Pablo Picasso, Valentine Schlegel) et les porcelaines (Sèvres)
Parmi les contemporains, le grès maintient de fortes positions, la faïence régresse et la porcelaine se développe. Les cuissons « Raku » apparaissent. La sélection a été réalisée par un comité constitué de Mme Yvonne Brunhammer, de Mme Fina Gomez (collectionneur), de M Victor Margie (directeur du « Crafts council » à Londres), de M François Mathey, de Mme Jacqueline Potignon (Ateliers d’art de France) et de M Daniel Sarver (galeriste).
 
Suites
Le catalogue de cette exposition est un excellent état des lieux de la céramique en 1981. Il reste indispensable pour comprendre la céramique du début du XXIème siècle Le rôle de creuset de la céramique moderne acquis par La Borne dans les années 1950 et qui perdure aujourd’hui est bien mis en évidence. Jacqueline et Jean Lerat n’y laissent voir qu’une faible partie de leurs recherches qui sont présentées la même année à la maison de la culture de Bourges. Leur présence est forte mais ils refusent de se donner un rôle de leader suscitant au contraire par leur enseignement la plus grande liberté créatrice possible.
« 1981 » montre l’extraordinaire vitalité et originalité de la création française. Cette diversité a peut être nuit à lui donner une place indiscutable au sein de la scène artistique mondiale.
Parmi les artistes du livre « Huit artistes et la terre » (édition Argile, 2009) Claude Champy, Bernard Dejonghe, Jacqueline Lerat, Daniel Pontoreau et Camille Virot sont présents.
Des galeries citées, seules « La tuile à loup » à Paris et la galerie Capazza (à l’époque « Le grenier de Villâtre) à Nançay dans le Cher subsistent aujourd’hui.
Cinq musées sont cités pour découvrir de la céramique contemporaine : Le musée des arts décoratifs (Paris), le musée du Berry à Bourges, le musée Cantini à Marseille, Le musée municipal de Vallauris et le musée national de céramique de Sèvres. Quelle est la situation en 2010 ?
Il est annoncé pour octobre 2001, La parution de « la revue de la céramique » de Sylvie Girard.
Documents annexés.
-page de couverture du catalogue
-Femme à l’enfant de Jacqueline Lerat illustrant « Les précurseurs »
-Vase anthropomorphique de Jean Lerat illustrant « Les contemporains »

 

Propulsé par Drupal