Justin GREGOIRE (1917-1981), un ami de Jacqueline LERAT.Une exposition et un livre!

 Les enfants et petits enfants de Justin Grégoire organisent à la salle des fêtes d'Oppéde (Vaucluse) du 20 au 28 juillet une exposition de ses oeuvres sur le théme "L'instituteur, l'artiste". Un livre a été publié à cette occasion. Il est à commander pour 25€ à l'Association Justin Grégoire, 385, chemin de la grande Bastide 84580 Oppéde.

Justin Gregoire, né à Cavaillon en 1917 dans une famille d'artisans, rentre en 1933 à l'école normale d'instituteurs d'Avignon. Il suit parallélement des cours de dessin à l'école des Beaux-arts de cette ville. Il restera fidéle à ces deux ambitions, la pédagogie et l'art.

Malou et Justin Grégoire dans leur maison d'Oppéde vers 1970

Justin Grégoire est un peintre et dessinateur reconnu pour l'extréme qualité graphique et esthétique de ses découpages et dessins. Le livre montre la diversité de ses talents. Il est vicéralement attaché aux provençaux et aux paysages de la Provence même si il fut tenté, un moment de faire valoir ses talents d'artistes à Paris.

Peinture de Justin Grégoire vers 1950

Justin Grégoire et Jacqueline Lerat se sont rencontrés en 1938 aux rencontres du Contadour organisées par Lucien Jacques et Jean Giono. A cette époque, ils étaient déjà engagés chacun dans une profonde réflexion sur les voies artistiques qu'ils voulaient explorer.

En 1940, Justin Grégoire rencontre André Lhôte qui s'est installé à Gordes. Il lui demande de pouvoir bénéficier de ses conseils techniques et esthétiques. Toutes les semaines, il va rencontrer le maître de la couleur et du cubisme qui à cette époque rédige "le traité du paysage".

En 1944, aprés l'assassinat de son père par la milice de Pétain Jacqueline va passer une semaine à Courthézon chez les Grégoire en poste à Courthézon (Vaucluse). Ils discutent de leur avenir artistique. Les échanges  confortent Jacqueline de poursuivre dans la voie où elle s'est engagée, celle de la céramique.

Nommé en 1945 à Oppéde (Vaucluse) village de carriéres et d'agriculture , Justin Grégoire va développer avec les classes de fin d'étude, une pédagogie originale où le développement de la personnalité s'appuit sur la création artistique. Il sait que nombre de ses éléves, filles et fils d'agriculteurs ne pourront pas rester dans le métier de leurs parents. Un des grands moments de cette période sera la conception d'un des premiers dessins animés français "Gitanos et papillons" acheté par Walt Disney pour faire la première partie de son film "La grande prairie". Il s'appuie sur la créativité de ses éléves pour faire une oeuvre originale.

Une ancienne éléve de Justin devant les panneaux rendant compte du film "Gitanos et papillons"

A partit de 1958, il participe aux "Rencontres internationales du graphisme" de Lure organisées par Maximilien Vox. Il en devient un des piliers. Le prix Maximilien Vox lui est attribué en 1983. La présentation de ses papiers découpés aux rencontres du graphisme d'Echirolles rencontreont un vif succés.

 

Détail d'un papier découpé de Justin Grégoire (années 1970)

 

 Les travaux des dernières années représentent une quintessence des paysages et des personnages qui l'entourent. La simplicité des formes accompagnée d'un humour bienveillant aura de l'influence sur ceux qui connaissent son travail. Le céramiste  Jean Lerat qui partage avec lui cette attitude pourra s'en inspirer pour certaines des oeuvres les plos récente de son bestiaire.

Justin  Grégoire doit trouver sa place dans les maîtres de l'art de la deuxiéme moitiée du XX siècle.

Propulsé par Drupal