Jean et Jacqueline Lerat et la céramique domestique

La céramique domestique est l’environnement du quotidien, cela sans aucune exclusive pour le grès. Sur la table ou dans les rangements de la cuisine on pouvait trouver de la porcelaine de Limoges issues des héritages familiaux, des assiettes en porcelaine de Mehun (département du Cher), des assiettes à dessert de l’atelier de Sampigny les Maranges (Sylvie et François Fresnais), un service à café de Rouard, le service à thé d’Anne Dangar, les tasses à thé ou à café de Claire Lerat. Les assiettes qu’ils avaient réalisées pour leur mariage et cuites dans le grand four d’Armand Bedu revenaient souvent sur la table familiale

Photo Paul-Antoine Levasseur

Cela a été une source d’activité à leur début mais sans occuper une place majoritaire dans leur création. Sollicités pour faire évoluer les ateliers traditionnels du village, aucune fécondation croisée n’a été possible. Jean a fourni quelques dessins à la maison Guillaume à Bourges. Un de ses pichets a été acheté par le musée des arts et traditions populaires. A l’école nationale des Beaux-arts de Bourges des tentatives de travail avec les entreprises locales de porcelaine dans les années 1970 ont été tentées mais il n’y a pas eu de suites. En dehors de la production de l’entreprise de Pierre Digan (1973-1979) puis de l’atelier du Chêne qui ont développé avec intelligence une céramique utilitaire en grès, la céramique domestique est restée à La Borne une œuvre personnelle ;
Pour Jean et Jacqueline Lerat la céramique domestique a été très importante dans leurs dix premières années de travail mais l’innovation dans les formes et les matières primait pour chaque pièce. Dans les factures de Rouard on trouve des soupières, pichets, des coupes, des pots à tabac et de nombreux cendriers.
Après 1955 jusqu’en 1965, la rare céramique domestique correspond à des commandes de clients ou d’amis fidèles.
Au-delà de 1965, seule la création de cendriers s’est poursuivie. Peut-on parler de cendriers pour ces pièces souvent cuites sur le muret des alandiers là où les flammes déboulent dans le four ? Ils sont par leur forme et leurs émaux raffinés plutôt des sources de rêve. Ils ont donné naissance aux petites pièces à main.
 
François Lerat

 

Propulsé par Drupal